Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Louange à Allâh, nous Le glorifions, nous Lui demandons Son aide et implorons Son pardon. Nous croyons en Lui, et en Lui nous plaçons notre confiance. J'atteste qu'il n'y a Nul divinité digne d'etre Adoré a part ALLAH ET Mohamed (sws) et son serviteur messager

07 Jan

Mise en garde contre Fâlih Al Harbi ( SUITE )

Publié par ADMIN  - Catégories :  #Mise en Garde



L’avis qui prévaut aux yeux de Ibn Salâh :
Le Ta’dil est accepté sans que soit citée sa cause, et le Jarh n’est accepté que s’il est expliqué par une raison claire ; ceci parce que les gens divergent sur ce qui valide une critique et ce qui ne la valide pas.
Le savant Al Khatib a rapporté que ceci est l’avis des imams de la science du Hadith et de ses vérificateurs comme Al Boukhâri et Mouslim et d’autres. »


Ensuite cheikh Rabi’ donne des exemples de savants du Hadith dont la critique à l’égard de certaines personnes fut rejetée par d’autres savants car jugée inacceptable : ou bien pour absence de preuves, ou bien pour la faiblesse des preuves apportées, ou pour d’autres raisons. Voici un exemple donné par cheikh Rabi’ :
Ibn Salâh rapporte qu’on demanda à Shou’ba pourquoi avait-il délaissé le hadith d’une certaine personne. Shou’ba répondit : « je l’ai vu galoper sur un cheval de somme. » (Cette critique n’est pas valable car la raison donnée par Shou’ba n’est pas valable)

Cheikh Rabi’ reprend :
« Il n’y a aucune différence dans ce domaine entre critiquer une personne dans son honorabilité en le caractérisant de pervers, d’innovateur ou d’autres choses, et entre la critiquer dans ce qui touche à la force de sa mémoire et de sa précision, comme par exemple quand il était dit de telle personne « celui-la avait une mauvaise mémoire », ou « celui-la faisait beaucoup d’erreurs » etc…
Cette position de Fâlih n’est à ma connaissance la position d’aucun imam de la science du Jarh et du Ta’dil.
De plus, je crains qu’elle n’occasionne de gros dégâts. En effet, imaginez qu’une personne qualifie d’innovateur n’importe quel savant connu pour être salafi, et qu’il lui soit demandé de donner les raisons de sa critique, qu’il réponde alors qu’il n’est pas nécessaire de donner de raisons lorsqu’on juge quelqu’un comme étant un innovateur, et qu’ensuite il persiste dans sa critique, pensez- vous que les gens accepteront cela de sa part ? Et pensez- vous qu’un salafi acceptera cette critique ? »


Il fut dit à Fâlih: « Il est possible qu’ils disent qu’un cheikh peut avancer une critique qui soit considérée invalide aux yeux d’autres personnes »

Fâlih répondit : « C’est une règle injuste qui a égaré la communauté, une règle qu’ils ont inventé ».

Réponse de cheikh Rabi’ :
«Cette règle est la règle des imams de la Sounna et du Hadith et elle n’est pas injuste. Bien au contraire, elle est la justice même, règle avec laquelle l’Islam est venu.
En effet, le savant peut se tromper dans son jarh ou dans son ta’dil et son frère peut alors le corriger.
Il est vrai que quand la personne qui critique fait partie des savants sûrs, experts dans les causes du Jarh et du Ta’dil, et que l’opposant est un ignorant ou quelqu’un qui suit ses passions, dans ce cas nous ne prenons pas du tout en considération cette opposition.


Il fut dit à Fâlih:
« le jarh non détaillé est donc suffisant ».

Fâlih répondit :
« de la part du savant il n’y a pas de « jarh ». Nous n’appelons pas cela « jarh ». Cela n'en fait pas partie. Un homme peut être un savant, un imam lorsqu’il parle de Ahl Al Bida’ et du Manhaj, de la Croyance…et avec cela, il se peut que sa narration ne soit pas acceptée car il ne réunit pas les règles de la narration. Il y a une différence entre une science qui est un moyen, une technique permettant de sauvegarder la religion et entre le fait de parler sur Ahl Al Bida’ et sur les sectes ».

Réponse de cheikh Rabi’ :
« Comment peut-on dire : « il n’y a pas de critique…etc etc... »?
Existe-t-il une critique plus forte que le tabdi’ (qualifier d’innovateur une personne)?
Les livres de Jarh et de Ta’dil ainsi que les livres qui traitent exclusivement du Jarh sont remplis de critiques de Ahl Al Bida’ et de leurs innovations (Cheikh cite ici une dizaine d’exemples). Plutôt, la science du Jarh, qui englobe Ahl Al Bida’ et d’autres catégories de gens, est une science à part entière comme l’a dit Al Hakim Abou ‘Abdillahi.


Falah dit :
« Il y a une différence entre une science qui est un moyen, une technique permettant de sauvegarder la religion et entre le fait de parler sur Ahl Al Bida’ et sur les sectes ».

Réponse de cheikh Rabi’ :
« Certes les sciences du Hadith, et parmi elles le Jarh et le Ta’dil, font partie des plus grands moyens de préservation et de protection de la religion. Ceci car y sont exposés les hommes droits et dignes de confiance, ceux à qui Allâh a donné la capacité de recueillir la religion, de la sauvegarder et de la transmettre ; de même que l’on y trouve protection contre les machinations des hypocrites, des athées et des innovateurs extrémistes, etc…
Les livres de la Sounna, ceux qui traitent de la Croyance, reposent sur la méthodologie des imams du Jarh et du Ta’dil. Celui qui n’utilise pas cette méthodologie quand il critique Ahl Al Ahwa (Ceux qui suivent leurs passions), les sectes et les avis n’échappe pas à la conjecture et à la passion. Celui qui parle des sectes en n’utilisant pas la méthodologie de Ahl Al Hadith (ceux qui s’accrochent aux hadiths du Messager d’Allâh) dans le Jarh et le Ta’dil parlera forcément par supposition et sous l’emprise de la passion, car il n’a pas de méthodologie lui permettant d’apporter les preuves aux accusations qu’il porte sur telle et telle secte ou lui permettant de les innocenter.
De même que ne parle pas avec vérité, justice et équité celui qui n’utilise pas la méthodologie de Ahl Al Hadith dans la Jarh et le Ta’dil, méthodologie par laquelle on distingue les hadiths authentiques du Messager d’Allâh des hadiths non authentiques, et par laquelle on distingue le vrai du faux dans ce qui est attribué aux sectes.
Celui donc qui parle de Ahl al Bida’, du manhaj et de la croyance et dont la narration n’est pas acceptée n’est pas un imam savant ; il n’ a pas d’autre alternative que l’imitation aveugle ; il dira alors « untel a dit » et « untel a dit », sans science, comme celui qui suit aveuglément une école dans la Jurisprudence et qui prend parti pour elle, de laquelle il rapporte des jugements dont certains sont acceptés et d’autres non, et avec cela il ne distingue pas ce qui est accepté de ce qui ne l’est pas.
Donc, ni celui- ci qui suit aveuglément dans la Jurisprudence, ni celui- la qui suit aveuglément dans la Croyance, ne conviennent pour le Jarh et le Ta’dil, le Tabdi’’ et le Tadlil (Qualifier une personne d’égarée). Le plus sain pour lui est qu’il suive aveuglément Ahl al Hadith car leurs croyance est basée sur la distinction de l’authentique du non authentique, distinction puisée de la méthodologie du Jarh et du Ta’dil.


Fâlih dit : « Ceux la ont dupé les gens car ils sont ignorants, et avec cela ils leur enseignent des règles dont ils prétendent qu’elles viennent de Ahl As Sounna dans le jugement des hommes. Les hommes appartenant au domaine de la narration du hadith diffèrent de ceux appartenant au domaine de la fatwa.
Ils ont égaré le monde avec cette règle.
Ils viennent avec une règle de la science de la narration et ensuite ils l’appliquent dans la critique de Ahl Al Bida’ par Ahl As Sounna ».


Réponse de cheikh rabi’ :
Effectivement, Ahl Al Ahwa utilisent des règles fausses. Cependant, la règle stipulant qu’il est nécessaire d’expliquer les raisons de la critique quand s’oppose la critique et l’attestation d’honorabilité est une règle valide ; elle fait partie des règles de Ahl As Sounna, sans aucun doute. Il est obligatoire de l’appliquer quand on qualifie d’innovateur un musulman connu pour être un salafi, ou quand on le qualifie de pervers, de mécréant, d’espion et de collaborateur.
Que dirais Fâlih si un savant ou un prétendu savant disait de lui qu’il est un innovateur ou un pervers etc… ? Accepterait- il cela de lui sans lui demander aucune preuve de ce qu’il a avancé ?

En conclusion: émettre des jugements sur des personnes qui s’apparentent à la voie salafi sans donner aucune preuve a certes causé des dommages énormes et une grande division dans tous les pays. Il est donc obligatoire d’éteindre ces troubles en faisant apparaître les preuves qui expliquent aux gens et qui les convainquent du bien fondé de ces jugements ; dans le cas contraire, il faudra s’en excuser.
Les savants parmi les Salafs ont fourni les preuves de l’égarement des sectes. Ils ne se sont pas suffi d’émettre des jugements sur les sectes et les individus sans preuves suffisantes et convaincantes. Bien au contraire, ils ont écrit de nombreux livres qui expliquent la vérité sur laquelle se trouve Ahl As Sounna Wal Jama’a et qui expliquent l’égarement dans lequel se trouvent ces sectes et ces individus.
Si les critiques et les arguments de ces savants étaient faibles, s’ils s’étaient suffi d’émettre des jugements sans preuves, si ensuite on leur demandait d’apporter les preuves de leurs critiques, et s’ils répondaient alors que cela n’est pas une obligation et c’est une règle pervertie qui égare la communauté, s’ils avaient fait cela, auraient-ils alors secouru la Sounna et refoulé l’égarement, l’athéisme et les innovations ? La réponse est non, mille fois non. Celui qui critique ceux qui sont connus pour être des salafis a besoin de preuves plus fortes et plus claires ».


lire


Voici la position de cheikh Al Fawzân sur le sujet :

Question : « il y a une personne qui dit que le savant ou l’étudiant n’est pas obligé de citer les preuves lorsqu’il qualifie d’innovateur une personne de Ahl As Sounna et qu’il faut que le musulman ordinaire le suive aveuglément dans son jugement. Est-ce que cette parole est juste ? »

Réponse :
« Nulle parole n’est acceptée sans preuves. Surtout quant cela concerne des sujets dangereux: le tabdi’ de quelqu’un de Ahl As Sounna. Comment une personne de Ahl As Sounna peut être est qualifiée d’innovatrice ?! Elle ne fait partie de Ahl As Sounna qu’en étant exempte d’innovations. Ceci n’est pas du tout permis. C’est une parole fausse. Celui qui qualifie quelqu’un d’innovateur doit obligatoirement citer les preuves qui prouvent son innovation de telle manière que l’on puisse voir si il est un innovateur ou non. »

écouter

D’autres gens de science appuient la position de cheikh Rabi' :

Cheikh An Najmi

lire

Cheikh Zayd Al Madkhali :


lire

Cheikh Wassioullâh Mouhamad ‘Abâss, Cheikh Mouhamad Ibn ‘Omar Bâzmoul et Cheikh Ahmad Ibn ‘Omar Bâzmoul

lire

Cheikh ‘Obéïd Al Jâbiri, Cheikh Sâlih As Souhaïmi et Cheikh Moulfi Al Sâ’idi (professeur à la faculté de Qoran à l’Université Islamique de Médine)


lire



Passons à présent à la deuxième erreur de Falah :

At Taqlid

Définition (donnée par cheikh Rabi'): accepter la parole d’un autre sans preuves.

La position de Fâlih concernant le Taqlid :

Elle est une obligation pour l’ensemble des gens, (comme il l’a dit à certaines occasions), ou pour l’ensemble des gens à l’exception des moujtahidines (13) (comme il l’a dit à une autre occasion, et le nombre de ces derniers est minime).
Il dit également que ne pas pratiquer le Taqlid est rejeté par les messages des Messagers et par les raisons saines, plus encore : c’est une destruction des messages des Messagers et des Livres révélés par Allâh.



Réponse de cheikh Rabi' :

« Il faut savoir que ceux à qui Fâlih demande expressément de pratiquer le Taqlid font partie des étudiants qui sont capables de déduire les preuves et que certains d’entre eux sont des enseignants dans les universités et autres. Fâlih oblige les gens à suivre aveuglément les savants, et par savant il parle de lui-même. Donc il faut absolument le suivre lui et ne pas chercher à comprendre !
Allâh a prescrit aux gens de suivre les prophètes, de suivre Mohamad  , de suivre le Coran et la Sounna, ceci dans beaucoup de versets et de hadiths.

Allâh dit :
« Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne suivez pas d'autres alliés que Lui (s 7, v 3) »

Il dit également :« Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie (s 6, v 153) ».

Il dit aussi :« Et cramponnez-vous tous ensemble au câble d'Allâh » (s 3, v 103)

Tous ces textes réfutent le Taqlid et l’interdisent.

De plus, Allâh réprimande les mouqalidinnes (14) en disant :


« Et quand on leur dit: "Suivez ce qu'Allâh a fait descendre", ils disent: "Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres." - Quoi! Et si leurs ancêtres n'avaient rien raisonné et s'ils n'avaient pas été dans la bonne direction? » (s2, v 170).

Les imams de la Sounna et de l’Islam ont prouvé par ces versets et d’autres similaires l’interdiction du Taqlid pour quiconque est capable de comprendre les textes du Coran et de la Sounna, qu’il fasse partie des gens capables de faire l’Ijtihad (15) ou qu’il fasse partie des gens qui suivent. Ils ont déclaré que le Taqlid n’est permis que pour celui qui est incapable de saisir la vérité du Coran et de la Sounna et qu’il est pareil à la viande morte : à la base elle est interdite, mais il est permis de la manger uniquement en cas de contrainte. »

lire


D’autres gens de science appuient la position de cheikh Rabi' :

Cheikh An Najmi

lire


Cheikh Zayd Al Madkhali

lire



Cheikh Wassioullâh Mouhamad ‘Abâss, Cheikh Mouhamad Ibn ‘Omar Bâzmoul et Cheikh Ahmad Ibn ‘Omar Bâzmoul

lire



Cheikh ‘Obéïd Al Jâbiri, Cheikh Sâlih As Souhéïmi et Cheikh Moulfi As Sâ’idi (professeur à la faculté de Qoran à l’Université Islamique de Médine)

lire


Remarque
Il faut savoir que par ses deux principes Fâlih essaye de semer ses troubles sans être dérangé. Ainsi personne ne peut lui demander la raison de ses jugements erronés et tout le monde est obligé de le suivre sans poser de questions.

Mise en garde contre le site " Al Athari"
Voici un résumé de mise en garde contre le site " Al Athari", site soutenu par Fâlih et son compère Fawzi Al Athari.



Cheikh Sâlih As Souhéïmi, qu’Allâh le préserve :

« Ceci est un conseil adressé à tous ceux qui utilisent Internet, plus précisément à ceux qui l’utilisent à mauvais escient : ils ne reviennent pas aux savants, ils diffusent leurs poisons, ils divisent Ahl As Sounna.

Cet outil est à double tranchant : on peut l’utiliser dans le bien comme dans le mal.

Que le musulman prenne garde à ce qu’il dit : il doit se préserver de porter atteinte à l’honneur des musulmans en général et des savants en particulier.

Il doit vérifier la source de ses informations, faire attention à ce qu’il va dire : de qui et de quoi il va parler.

Qu’il sache qu’Allâh est aux aguets, qu’Il sait ce que l’Homme cache dans son for intérieur.

Que les étudiants et les prêcheurs saisissent le danger ces sites Internets et de ce qui y est diffusé comme laxisme et exagération.
Il faut qu’ils reviennent aux savants.

Que les musulmans en général et les étudiants en particuliers ne s’appuient pas sur ces sites pour prendre leurs informations car beaucoup de ces sites sont extrêmement empoisonnés. Il suffit de savoir qu’ils dénigrent les savants. Ils ont oublié qu’Allâh a dit au sujet de ceux qui se sont moqué du Prophète  et de ses compagnons :

«Et si tu les interrogeais, ils diraient très certainement: "Vraiment, nous ne faisions que bavarder et jouer." Dis: "Est-ce d'Allâh, de Ses versets (le Coran) et de Son messager que vous vous moquiez?"

Prendre la science des sots, des ignorants et des utilisateurs de ces sites douteux qui ne sont pas pour la plupart exempts de laxisme et d’exagération est une faute majeure.

J’attire l’attention de mes frères sur un site contre lequel nous devons obligatoirement mettre en garde : « Al Athari ». Beaucoup de ce que diffuse ce site divise la communauté, provoque l’inimité entre les savants et les étudiants, attise le trouble actuel.
Nous avons, moi et d’autres, conseillé les responsables de ce site à maintes reprises mais en vain.
Nous avions adressé à cheikh Rabi’ une lettre et une autre adressée à cheikh Fâlih. Ces deux lettres étaient privées. Mais ce site a dérobé celle adressée à cheikh Rabi’ et l’a diffusé sur le net sous ce « grand titre » : « Les savants de Médine mettent en garde contre cheikh Rabi’ ».

En réponse à cet article :

Tout d’abord, qui t’a dit oh miskin ! Oh ignorant ! que nous prétendions être des savants ? Ton but par ce titre est de semer le trouble entre nous et nos savants par rapport à qui nous sommes de petits élèves.
Tu as diffusé cela sans autorisation, et c’est du vol.
Toutes les annotations dans cet article par son auteur et par d’autres qui l’ont suivi sont un poison mortel, ce qui indique bien leurs mauvaises intentions.
Ce site, Al Athari, est rempli de moqueries à l’égard des savants, de déformations des paroles des étudiants, d’ignorance, de stupidités etc…
Par Allâh ! Nous n’osons pas parler en présence de nos savants, encore moins de diffuser des choses sur eux ou de leur attribuer des propos qu’ils n’ont jamais dit.
Par Allâh ! Celui qui écrit dans ce site ne sert pas la Voie Salafi, mais plutôt il divise les salafis ».


écouter



Cheikh Rabi’ Al Madkhali

Dans cet article cheikh Rabi’ compare les nouveaux Haddâdis aux Rawâfidhs, une secte chiite extrémiste mécréante, tout en signalant que ces Haddadis ne sont pas pour autant des mécréants.
Voici leurs points communs :

Ils utilisent la Taqia d’une manière très poussée (technique utilisée par les Chiites qui consiste à cacher ses positions). A la différence que le Râfidhi t’avoue certaines de ses bases et de ses croyances corrompues, alors que ces nouveaux haddâdis ne reconnaissent rien de leurs bases.


On remarque qu'ils utilisent l'anonymat et le secret et qu'ils prennent de grandes précautions pour cacher la réalité de leur identité et de leur état et également dans leur site internet connu sous le nom de "Al-Athari". Même les sociétés secrètes ne les équivalent pas dans leurs manière de se cacher. Ils écrivent sous de faux noms, inconnus et usurpés, et si l'un d'entre eux meurt, on ne peut rien savoir de lui, ni de sa trace.
Par cet agissement ils ont dépassé les rawâfidhs, car ces derniers sont connus, les livres d’histoire, de Jarh wa Ta’dil sont remplis de leurs noms et de leurs cas, malgré qu’ils utilisent la Taqia et la dissimulation afin que beaucoup de leurs positions n’apparaissent pas.

Le rejet (Ar Rafdh) : les rawâfidh ont rejeté Zaïd Ibn ‘Ali lorsque ce dernier s’est allié à Abou Bakr et ‘Omar. De leurs coté, les Haddâdis ont rejeté les fondements de Ahl As Sounna dans le domaine du Jarh wa Ta’dil et ont rabaissé la valeur des imams du Jarh wa Ta’dil et de leurs fondements.
Ils ont refusé les fondements de Ahl As Sounna dans « le calcul du pour et du contre ».


Ils renversent et dénigrent les savants contemporains de la Sounna, ils rejettent leurs règles basées sur des preuves, ils se soulèvent contre eux, dénigrent leur voie et leurs fondements basés sur le Coran, la Sounna, et la voie des Pieux Prédécesseurs.


Ils se dissimulent derrière certains savants de la Sounna par ruse alors qu’en vérité ils les détestent et vont à l’encontre de leurs fondements, voie et positions.
Ce sont les mêmes agissements des rawâfidh quand ils se dissimulent derrière Ahl al Bayt
(la famille du Messager) alors qu’ils vont à leur encontre dans leurs voie et leurs fondements et qu’ils détestent la plupart d’entre eux. Pourquoi font ils cela ? Pour renverser ceux qu’ils combattent parmi les Partisans de la Sounna, les dénigrer, donner une mauvaise image de leurs fondements et les diviser.


Ils s’enorgueillissent, ils s’entêtent et persistent dans l’erreur. Ils ont une audace étonnante dans la manipulation en faisant passer la vérité pour le faux et le faux pour l’erreur, la vérité pour le mensonge et le mensonge pour la vérité etc.…
Ces choses montrent que ce groupe n’a été mis en place que pour faire la guerre à la Sounna et à ceux qui la suivent.
Ce qui vient appuyer cela est qu’en cette dure épreuve que nous traversons, dans laquelle les juifs, les chrétiens et les sectes égarées affichent ensemble leurs inimités contre la Sounna et ses partisans, tu vois ce groupe en première ligne de cette armée. Ils en sont les plus durs combattants : en effet, ce groupe et son site n’a d’autre occupation que de faire la guerre à Ahl As Sounna et à la Voie Salafi.
Certaines de leurs actions durant ces dures circonstances montrent clairement que ce groupe n’est qu’un complot préparé afin de réaliser de nombreux desseins.


L’alliance et le désaveu par rapport à des personnes comme le font les Rawâfidhs lorsqu’ils s’allient mensongèrement à des gens de Ahl Al Bayt. A la différence que ces haddadis appliquent cela sur des personnes qui sont parmi les plus ignorants, les plus menteurs, les plus débauchés, les plus ennemis de la voie salafi et de ses savants.
Regardez comment ils ont remué ciel et terre lorsque cheikh ‘Oubéïd Al Jâbiri a critiqué un de leurs chefs parmi les enfants: ils ont élevé cet enfant dans l’âge, la science et le comportement, et ils ont complètement dénigré et rabaissé cheikh ‘Oubéïd Al Jâbiri, alors qu’auparavant ils le glorifiaient avec exagération.
Leur situation est comme celle des juifs vis-à-vis de ‘ Abdoullâh Ibn Salâm, un des savants de Bani Isrâïl, qu’Allâh a honoré en le faisant embrasser l’Islâm. Le Messager d’Allâh leur demanda :
« que pensez vous de ‘ Abdoullâh Ibn Salâm? ».
Ils répondirent : « c’est le meilleur d’entre nous, le fils du meilleur d’entre nous. »
Alors le Messager d’Allâh leur dit : « que diriez vous si je vous disais qu’il a embrassé l’Islâm ? »
Ils répondirent : « qu’Allâh l’en préserve ! ».
Alors ‘ Abdoullâh Ibn Salâm leur annonça son Islâm. Et là les juifs dirent : « c’est le pire d’entre nous, le fils du pire d’entre nous ! »
(Voir Sahih Al Boukhâri, hadith 3151).
L’exemple qui illustre la règle est que lorsque les juifs pensèrent que ‘ Abdoullâh Ibn Salâm resterait dans leurs égarements et erreurs ils le vantèrent et dirent « le meilleur d’entre nous, fils du meilleur d’entre nous », puis lorsqu’il proclama la vérité ils changèrent immédiatement du tout au tout : ils le blâmèrent et ils dirent « le pire d’entre nous, fils du pire d’entre nous » et le calomnièrent.
Ainsi agissent les Haddâdis, à d’innombrables reprises, vis-à-vis des meilleurs de Ahl As Sounna. Tout d’abord ils les louent à des fins secrètes, puis quand ils font face à leurs erreurs et qu’ils vont à leur encontre, ils les dénigrent les uns après les autres et leur font la guerre. »


lire


D’autres personnes de science ont mis en garde contre ce site, parmi eux : cheikh ‘Oubéïd Al Jâbiri, cheikh Oussama ‘Ataya Al ’Outaybi, cheikh Khâlid Al Raddâdi, cheikh ‘Ali Ridâ
Vous trouverez ces mises en garde ici


Voici également la preuve que Fâlih soutient et encourage ce site
C’est une lettre écrite par lui-même et qui est diffusée sur son site.
Dans ce message adressée au site Al Athari il attaque cheikh Rabi’ et le dénigre et en parallèle il défend « Al Athari » en saluant leurs prétendus « efforts au service de la voie de Ahl As Sounna wal Jamâ’a », leurs soi disants « conseils aux musulmans » et ils leurs conseillent de continuer sur cette voie.
lire

Archives

À propos

Louange à Allâh, nous Le glorifions, nous Lui demandons Son aide et implorons Son pardon. Nous croyons en Lui, et en Lui nous plaçons notre confiance. J'atteste qu'il n'y a Nul divinité digne d'etre Adoré a part ALLAH ET Mohamed (sws) et son serviteur messager