Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Louange à Allâh, nous Le glorifions, nous Lui demandons Son aide et implorons Son pardon. Nous croyons en Lui, et en Lui nous plaçons notre confiance. J'atteste qu'il n'y a Nul divinité digne d'etre Adoré a part ALLAH ET Mohamed (sws) et son serviteur messager

22 Feb

Biographie de Zayd Ibn Sa'na (رضي الله عنه)

Publié par ADMIN  - Catégories :  #Les Compagnons Qu' ALLAH les agrées




Sa conversion


Abdullah Ben Salam (رضي الله عنه) rapporte que Dieu -à Lui la puissance et la gloire- a voulu que Zayd Ben Sa'na embrasse l'Islam. Zayd a dit :

"Aucun des signes de prophétie que je connaissais ne m'a échappé sans le remarquer sur le visage de Mouhammed en le regardant à l'exception de deux : Sa mansuétude devance son emportement et l'excès d'emportement ne fait qu'augmenter sa clémence".

Zayd poursuivit : "Un jour, le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) sortit de l'un de ses appartements accompagné de 'Ali Ben Abi Taleb (رضي الله عنه).

 Un bédouin, sur sa monture, s'approcha de lui et dit : "Ô Messager de Dieu! J'ai à ma charge quelques individus dans le village de Bani un tel qui ont embrassé l'Islam.

 Je leur avais raconté que s'ils se convertissaient les biens leur viendraient en abondance. Comme une disette les a frappés par manque de pluie je crains qu'ils n'apostasient promptement comme ils ont embrassé l'Islam avec ambition. Si tu es capable à leur envoyer quelques vivres pour les aider, fais-le".
Le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) jeta un regard sur 'Ali (comme s'il voulut lui demander son avis) et ce dernier lui répondit :

"Rien m'est resté (des biens de l'aumône)".
"Zayd continua son récit et dit : "Je m'approchai alors de lui et dis :
"Ô Mouhammed! Veux-tu me vendre les dattes du jardin d'un tel à telle date?"

En concluant cette vente, je pris mon sac et lui donnai quatre-vingt pièces d'or à un terme déterminé. Il prit l'argent, le donna au bédouin en lui disant "Secours-les et sois équitable". Deux ou trois jours avant l'échéance, je rencontrai le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) accompagné de quelques-uns de ses compagnons y compris Abou Bakr,

Othman et Omar -que Dieu les agrée tous- faire la prière funèbre. Une fois la prière achevée, il alla vers un mur pour s'y installer. Je vins à lui, le tins par sa chemise et son manteau, lui jetai un regard plein de colère en m'écriant :

"Ô Mouhammed! Veux-tu acquitter ma dette? Par Dieu! je ne connais pas que les Bani Abdul Mouttaleb ne s'acquittant pas à terme!". Alors Omar me regarda avec fureur, les yeux tournant dans leurs orbites, puis me dit :
"Ô ennemi de Dieu! tu dis cela au Messager de Dieu? par Celui qui détient mon âme, si je ne redoutais pas le mauvais sort, je t'aurais tranché la tête avec mon sabre". A ce moment,

 le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) me regardait avec calme et tranquillité, puis il dit :
"Ô Omar! Cet homme et moi avions besoin d'autre chose que celle-ci, tu devais m'ordonner de bien m'acquitter et lui ordonner à réclamer sa dette autrement.
Va, ô Omar, lui donner son droit de dattes d'un tel jardin et vingt sa's (une certaine mesure) en plus pour l'avoir effrayé".

"Zayd poursuivit : "Omar m'amena au jardin, me donna mon droit de dattes et vingt sa's en plus. -Je lui dis : "Pourquoi me donnes-tu plus que mon droit?"
- Le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) m'a ordonné de te le donner pour t'avoir effrayé; répliqua Omar.
- Me connais-tu ô Omar? lui demandai-je.
- Non, -Je suis Zayd Ben Sa'na,
- Le docte juif?.
- Oui,
- Qui t'a porté à te comporter de la sorte envers le Messager de Dieu?.
- Ô Omar, lui dis-je, j'ai voulu m'assurer des deux autres signes de sa prophétie : que son emportement ne devance pas sa mansuétude et que l'excès de son emportement ne devance pas sa mansuétude et que l'excès de son emportement ne fait qu'augmenter sa clémence.

Je viens de les constater. Ô Omar! sois témoin que je me contente d'avoir Dieu comme Seigneur, l'Islam comme religion et Mouhammed comme Prophète. Je te prends aussi à témoin que la moitié de mes richesses sont une aumône pour la communauté de Mouhammed. Omar alors m'interrompit :

"Ou à la moitié de cette communauté car tu ne saurais suffire à tous les hommes". Omar et Zayd retournèrent chez le Messager de Dieu (صلى الله عليه و سلم) et Zayd s'écria :


"J'atteste qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu et que Mouhammed est Son serviteur et Son Messager". Zayd crut au Prophète, le prit pour un véridique et lui prêta serment d'allégeance, et, plus tard, il fit les expéditions avec lui.

(At-Tabarâni)
 

Archives

À propos

Louange à Allâh, nous Le glorifions, nous Lui demandons Son aide et implorons Son pardon. Nous croyons en Lui, et en Lui nous plaçons notre confiance. J'atteste qu'il n'y a Nul divinité digne d'etre Adoré a part ALLAH ET Mohamed (sws) et son serviteur messager